Ariane Cojan, paysagiste d'ambiance

HUBSIDERS

On a souvent une histoire avec un jardin, c’est un refuge dont on prend soin, on s’y sent connecté. Mais pas toujours facile de savoir comment le concevoir et puis le faire grandir. C’est ici qu’Ariane Cojan, la fondatrice de Grana Gram intervient.

Portraits
Hubsiders #12 - Ariane Cojan

On trouve des jardins partout : un balcon filant, une terrasse ensoleillée, une arrière-cour cachée ou un parc très fréquenté. Chacun de ces espaces est souvent synonyme d’évasion. On veut s’y sentir bien, profiter de la nature. Mais créer un jardin n’est pas toujours chose aisée. Où placer une plante par rapport à l'ensoleillement ? Comment leur apporter l’eau dont elles ont besoin ? Comment faire évoluer son jardin dans le temps ? C’est justement le domaine d’Ariane Cojan qui apporte à ses clients les connaissances techniques dont ils ont besoin. Maîtrise d'œuvre, choix des plantes, entretien ou ateliers bios, on vous en dit plus ci-dessous.

Ariane Cojan - Grana Gram
Ariane Cojan - Grana Gram

La conception de jardins, cela consiste en quoi ?

Conceptrice de jardin, c'est un métier où j'aide les clients à faire éclore le jardin dont ils rêvent. Souvent les gens ne savent pas par où commencer dans un jardin et donc avec eux, je regarde leurs espaces, je fais un diagnostic, j'essaie de ressentir les lieux. J'essaie aussi de ressentir les gens, ce qu’ils veulent.

Je leur propose de structurer l'espace, donc les différents usages qu'on va avoir dans le jardin. Et puis ensuite, on parle aussi d'ambiances, qui s'expriment beaucoup par le végétal, mais cela peut être aussi les matériaux qu'on choisit. Je crée des jardins où on se sent bien, où les gens ont envie d'aller.

Faire des jardins, c'est connecter les gens au vivant. C'est un autre rapport au temps. C'est un autre rapport aux choses

Quel a été ton parcours jusqu’à maintenant ?

Si je pense à mon parcours de conceptrice de jardin, je dirais que ça a commencé dans l'enfance. J'ai grandi avec la forêt au bout de ma rue et j'ai beaucoup de souvenirs au jardin. Je me suis toujours sentie bien à l'extérieur. J'ai fait un parcours plutôt classique : une grande école, une grande entreprise. Et en parallèle, je faisais beaucoup de dessin. J'ai fait du modèle vivant, de la gravure. Je faisais des croquis lors de mes voyages. J'ai vécu cinq ans à Rome, avec évidemment de magnifiques jardins, c’est là que j’ai commencé à jardiner.

Il y a cinq ou six ans, j'avais envie de changer. Je jardinais de plus en plus, j'ai commencé à conseiller mes amis. Et un jour sur un salon des plantes, j'ai pris une brochure qui expliquait les métiers du végétal et je suis tombée sur une formation à l'école de paysage de Versailles, où j'ai compris que c'était un métier artistique et technique. Et c'est vraiment là où j'ai eu le déclic.

Faire des jardins, c'est connecter les gens au vivant. C'est un autre rapport au temps. C'est un autre rapport aux choses. Pour moi, il y a le fait, évidemment, de faire des jardins qui soient beaux, dans lesquels on se sente bien. Mais c'est aussi l'occasion de sensibiliser les gens, de les mettre à l'aise aussi avec le vivant, avec les plantes. Le jardin, c'est quelque chose qui touche les gens de manière assez intime.

Pourquoi Grana Gram ?

Grana Gram, il y a plusieurs choses dedans : il y a la graine. Il y a l'idée d'éclosion. Sur mon site web, j'ai choisi la baseline « à chaque jardin est une graine qui attend d'éclore ». J'aime bien cette idée de graine qui est porteuse de beaucoup de possibles. Il y a aussi la notion d’anagramme, l'idée de prendre des choses existantes pour en refaire quelque chose d'autre, qui parle de mon parcours, de ma reconversion, mais qui parle aussi de l'environnement. Comment est-ce qu'on peut être dans quelque chose de circulaire, où on alimente un cycle qui se perpétue en permanence.

Avec qui travailles-tu aujourd’hui ?

Je travaille principalement avec des particuliers, mais je commence à travailler avec des copropriétés ou des institutionnels. Quand les gens me contactent la première étape, c'est de se rencontrer dans leur jardin pour vraiment essayer de ressentir ce que les gens veulent et ensuite je vais leur faire une proposition. Souvent, les gens ont une idée de ce qu'ils veulent, mais ils ne savent pas l'exprimer. Donc, on va faire plusieurs itérations du projet. La première itération, je leur propose une structure, de l'espace, des ambiances. Ça leur permet de réagir et c'est souvent beaucoup plus facile pour mes clients de réagir à des propositions que de décrire eux-mêmes ce qu'ils voudraient. On passe pas mal de temps d'échange à ce moment-là.

  • Grana Gram - Expliquer
    Grana Gram - Expliquer
  • & accompagner
    & accompagner

Je vais leur présenter le projet quelques semaines plus tard en ayant pris en compte leurs réactions. Ensuite, on passe sur la partie exécution, donc ce qu’on appelle le suivi de chantier où je vais, solliciter des entreprises, choisir les végétaux en pépinière et puis planifier le chantier et être présente aux étapes clés du chantier.

Il y a une spontanéité en fait dans les végétaux qui me parle beaucoup et qui, du coup, me nourrit.

Qu’est-ce que tu ressens quand tu conçois un jardin ?

Moi ce que j'aime beaucoup quand je vais dans un jardin, c'est qu'il y a toujours quelque chose à observer. Ça peut être un bourgeon de fleur qui sort. Ça peut être un fruit qui mûrit, deux végétaux qui vont commencer à se mélanger. Il y a une spontanéité en fait dans les végétaux qui me parlent beaucoup et qui, du coup, me nourrit.

Ton métier c’est aussi de l’accompagnement, montrer les bons gestes ?

Ce qui est important dans un jardin, c'est de le faire vivre dans le temps pour qu'il s'épanouisse pleinement. Moi, j'ai choisi de faire des jardins bios, des jardins où on va créer des conditions favorables pour que les plantes soient saines. Donc, c'est beaucoup de préventif, traiter le moins possible. Quand on met la bonne plante au bon endroit, dans les bonnes conditions par rapport au soleil ou au vent, elle va être saine, on ne va pas avoir besoin de traiter. Et il y a beaucoup de petits gestes qu'on peut faire au jardin qui vont dans ce sens. .

Tu avais besoin d’un site internet pour présenter ton travail ?

Mon site Hubside, c'est une vitrine pour que les gens découvrent un peu mon univers, ma manière de travailler, le métier de concepteur de jardins n'est pas très connu. Du coup, j'explique comment se passe une conception, mes services. Et puis, j'explique aussi le jardinage bio. En ayant un site qui soit clair ou qui soit agréable à regarder, quelque part, ça peut préfigurer aussi un petit peu ce que pourrait être leur jardin. Donc, c'est vrai que c'est un quelque chose qui me permet de créer de la confiance avec mes clients.

  • granagram.fr
    granagram.fr
  • Un site Hubside
    Un site Hubside

Pourquoi tu t’es tournée vers Hubside pour ton site internet ?

J'ai été séduite par l'offre où il y a le nom de domaine, et puis, il y a également des emails qui sont inclus. Je n'ai pas eu besoin comme ça de chercher un fournisseur, pour moi, c'était vraiment le choix de la simplicité. Et le fait d'avoir le package site web, email et nom de domaine intégré, ça m'a permis de gagner du temps.

Je n'ai pas du tout été pris par la technique. J'ai vraiment pu me concentrer sur les contenus, sur les images, les dessins que je voulais mettre en. Et ça m'a beaucoup plu. J'ai trouvé ça très efficace. Ce qui m’a demandé le plus de travail, c’est ce que je voulais dire à mes clients, ce que je voulais qu’ils retiennent en allant sur mon site. J'ai une page d'accueil, j'ai une page sur concevoir pour expliquer le métier comme il n'est pas très connu. Une page sur l'accompagnement qui me tient vraiment à cœur, et une page sur jardiner bio.

Un joli jardin, c'est un jardin dans lequel on se sent bien. Pas parce qu'il est beau, évidemment, le but, c'est qu'il soit beau, mais parce qu'il va connecter à la personne d'une manière ou d'une autre.

Tu parles de jardins qui ont du sens, ça veut dire quoi pour toi ?

Un joli jardin, c'est un jardin dans lequel on se sent bien. Pas parce qu'il est beau, évidemment, le but, c'est qu'il soit beau, mais parce qu'il va connecter à la personne d'une manière ou d'une autre. Donc, quand je commence un projet, je cherche toujours une accroche pour raconter une histoire au travers du jardin.

Quels sont tes envies et tes projets pour Grana Gram ?

Mon objectif, c'est de continuer à faire des jardins pour le plus grand nombre de personnes, rencontrer des gens différents. À la fin d'un chantier. Quand je vois que les gens sont touchés, moi, ça me touche aussi.

On parle de beauté, on touche les gens au cœur. En parallèle, je commence une activité de conseil dans les métiers de l'environnement, avec cette partie conseil, on touche les gens de manière plus rationnelle. C'est une autre manière de faire avancer des valeurs auxquelles je tiens.

J'aime bien dire en rigolant que je veux changer le monde, un jardin à la fois pour l'instant, c'est une ambition qui me suffit largement.

Le site de Grana Gram, c'est par ici !

Vous êtes un professionnel est vous voulez créer votre site pour digitaliser votre activité ? Rendez-vous sur Hubside pour découvrir nos offres dédiées !

Stories est une publication d'Hubside, outils numériques pour réussir vos projets et partager vos passions.

©2020 Hubside. Tous droits réservés

Mentions légales