Laurine Catillon, comédienne d'instinct

HUBSIDERS

Laurine pleure fort, rit fort, ressent fort. Un peu en décalage, elle se révèle avec les cours de théâtre et décide alors de tout quitter pour vivre de deux métiers qui la font « vibrer ». Ce sera la comédie, la transmission, et rien d’autre !

Portraits

Aussi à l’aise sur les planches, devant la caméra que devant un public en entreprise, Laurine se consacre tous les jours au « jeu ». Lorsqu’elle incarne un personnage, la jeune comédienne travaille sur le corps, les mouvements mais surtout le ressenti. Des sensations qui sont pour elle instinctives, et qui finalement la poussent à mettre un petit peu d’elle dans chaque rôle. Nous l’avons suivie, dans tous ses personnages.

Qui es-tu ?

Je m'appelle Laurine, j'ai 25 ans et je suis comédienne et formatrice en prise de parole en public.

Quand as-tu commencé le théâtre ?

J'ai commencé le théâtre assez tardivement, il y a trois ans seulement, parce que j'ai fait d'autres choses avant et notamment des études en entrepreneuriat. Mais à partir du moment où j'ai fait un premier cours de théâtre, j'ai dit « OK, c’'est là que je veux être », depuis je n’ai pas arrêté.

  • LAURINE CATILLON
    LAURINE CATILLON
  • LAURINE CATILLON - MERDY MOUANGA
    LAURINE CATILLON - MERDY MOUANGA
  • LAURINE CATILLON - COMÉDIENNE
    LAURINE CATILLON - COMÉDIENNE

D’où vient ta passion pour le cinéma ?

Ma passion pour le cinéma, je dirais qu'elle est là depuis toujours, sauf que comme je suis assez curieuse de tout, je me suis intéressée à plein de choses en parallèle. Chez moi toute seule, je me faisais mes scènes, mais sans que personne ne me voit. J'ai un peu révélé ça au grand jour à partir du moment où j'ai osé faire un cours de théâtre. Mais je pense que j'ai toujours voulu secrètement faire des tournages.

LAURINE CATILLON - FILM
LAURINE CATILLON - FILM

Je me suis dit qu'à travers le jeu, j'allais pouvoir exprimer toutes ces émotions sans tabou, sans jugement, sans conventions sociales.

À quel moment as-tu eu un déclic ?

Je ne me rappelle pas du moment précis. Par contre, je sais quel est l'élément déclencheur. Je suis hyper émotive et très sensible et j'ai toujours été un peu en décalage avec les autres. J'ai aimé mes années d'études, mais en fait je pleurais quand personne ne pleurait, je rigolais fort quand personne ne rigolait. Je me disais qu’il y avait un truc qui n’était pas au bon endroit. Je me suis dit que à travers le jeu, j'allais pouvoir exprimer toutes ces émotions sans tabou, sans jugement, sans conventions sociales. On peut vraiment être sur le ressenti.

Si tu avais un rêve au cinéma, ça serait quoi ?

Mon rêve dans le cinéma, ce serait d'incarner un personnage qui surprend tout le monde, que personne n'attend, qui paraît un peu lambda et qui, à un moment donné, déconne complètement, envoie tout bouler, fait complètement tout basculer. Un personnage qui sombre un peu dans ce qu'on pourrait appeler la folie.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

C'est évident que des comédiennes qui ont une large palette de jeu, qui peuvent incarner plein de personnages différents, c'est mon idéal, clairement. Je suis beaucoup plus inspirée par ce type de comédiens/comédiennes que par des comédiens ou des comédiennes qui sont très typés, même si je trouve que c'est une force énorme.

Le principe de jouer, c'est d'être au présent, donc totalement là, nulle part ailleurs..

La passion, ça fait vivre des tas d'émotions, des tas de sensations. Et j'ai l'impression d'avoir dix mille vies dans une seule vie.

Comment tu définis la passion ?

La passion ça fait vibrer. Pour moi, c'est quelque chose où je me lève le matin et où je suis heureuse. En fait, la passion, ça fait vivre des tas d'émotions, des tas de sensations. Et j'ai l'impression d'avoir dix mille vies dans une seule vie. Je suis sûre que pour n'importe quelle personne passionnée, pas forcément par le cinéma ni par le jeu, tu vis plein de choses à l'intérieur parce que ça résonne en toi.

Tu es passée du monde de l'entreprise au théâtre, qu'est-ce qui t'a poussé a changer de vie ?

J'ai tout fait pour avoir un CDD et mon CDI. Je savais très bien que je n'allais pas rester dans une entreprise même si c'était une startup, un environnement qui bouillonne. Ça me plaisait pour le côté créatif, mais je savais que j'avais besoin d’être plus dans le corps que derrière un bureau. Dès que j'ai gagné un peu d'argent, je me suis dit OK, c'est bon, je peux commencer le théâtre. J'ai fait d'abord un cours de deux heures et ensuite, très vite, j'en ai fait beaucoup plus parce que j'ai matché avec ma professeure de théâtre. J'ai attendu la fin de mon CDD et puis j'ai commencé une école de théâtre.

  • LAURINE CATILLON - SUR SCÈNE
    LAURINE CATILLON - SUR SCÈNE
  • LAURINE CATILLON - THÉÂTRE
    LAURINE CATILLON - THÉÂTRE
  • LAURINE CATILLON - JEU
    LAURINE CATILLON - JEU

Aujourd’hui, comment est-ce que tu prépares un rôle ?

Pour préparer un rôle, je vais travailler à la fois le corps du personnage et à la fois sa vie, tout ce qu'on pourrait appeler un "storytelling" autour du personnage. Plus j'évolue en tant que comédienne, plus je m'éloigne de la partie intellectuelle vers laquelle j'aurais tendance à aller, dû à mes études et à ce que j'ai fait avant, pour aller dans une recherche qui est beaucoup plus corporelle.

J'ai fait beaucoup de danse, ça m'aide de laisser libre cours à des sensations qui vont être plus instinctives, moins dans l'intellect et finalement. Un personnage on peut lui donner toutes les couleurs qu'on veut, la seule chose, c'est qu'il faut que ce soit naturel. J'entends par naturel : « authentique », avec ce qu'on ressent sur le moment. C'est pour ça que je vais de plus en plus dans le corps, même si la recherche intellectuelle est nécessaire.

Qu’est-ce que tu ressens quand tu joues ?

Le principe de jouer, c'est d'être au présent, donc totalement là, nulle part ailleurs. La plus grande difficulté, c'est de ne pas penser à sa liste de courses, à ce qui s'est passé juste avant, ou à ce qui se passe autour. Mais c'est d'être juste là. Et après, comment les phrases vont sortir ? Comment les mots vont sortir ? C'est aussi le propre du comédien de se rendre compte de comment sortent les choses pour pouvoir faire passer une émotion, être un peu aux manettes.

J'adore l'idée de pouvoir être complètement quelqu'un d'autre et me mettre complètement à la place de quelqu'un d'autre par pure empathie.

Sur scène
Sur scène

Est-ce que tu dirais que tu es plus cinéma ou théâtre ?

Aujourd'hui, ce qui me fait le plus vibrer, ça va être le jeu derrière la caméra. Mais je pense que c'est aussi dû à ma personnalité, comme j'ai une personnalité très expressive qui laisse passer beaucoup de choses. En fait, le jeu derrière la caméra, ça m'amène complètement ailleurs. Ça me pousse à mettre des points dans ce que je fais, c'est à dire que j'ai un cerveau où il se passe plein de choses, tout le temps. Au théâtre, c'est très différent, on va utiliser beaucoup plus le corps, beaucoup plus le décor et les déplacements. Donc, quoi qu'il arrive, on va penser à plusieurs choses en même temps.

Ce qui est incroyable aussi au cinéma, c'est qu’on peut complètement se métamorphoser. Ça m'est déjà arrivé de montrer des images à des amis ou à ma famille et ils ne me reconnaissaient pas du tout. Moi, j'adore ça. J'adore l'idée de pouvoir être complètement quelqu'un d'autre et me mettre complètement à la place de quelqu'un d'autre par pure empathie. Dans la vie on ne peut pas le faire, même si j'ai tendance à adopter plusieurs styles, mais au cinéma, les métamorphoses sont vraiment radicales.

Qu’est-ce que tu as ressenti la première fois que tu t’es vu à l’écran ?

J’ai détesté ma voix, mais vraiment détesté ! Je me suis focalisée sur tous les défauts. En fait, je n'étais pas du tout objective. Je suis très exigeante avec moi-même et je voyais tous les tics, tous les défauts. Je ne croyais pas du tout à ce que je jouais. Maintenant, quand je me vois à l'écran, je ne peux pas dire que je suis trop contente de me voir, mais j'arrive à mettre de côté le physique, les défauts que je me trouve dans la vie. J’arrive à les mettre de côté pour vraiment n’être que sur le ressenti et penser en termes de jeu.

LAURINE CATILLON - CINÉMA
LAURINE CATILLON - CINÉMA

Ton activité de formatrice aujourd’hui en quoi ça consiste ?

Mon activité de formatrice, elle s'est faite un peu dans la continuité de ce que je faisais avant (NDLR : Chef de projet au sein d'une startup). La thématique qui en est ressortie était surtout la prise de parole en public. Je pense que c'est quelque chose d'hyper important, surtout en France : on a peur de prendre la parole. C'est un problème pour beaucoup de personnes. Je me suis rendu compte que la demande était très importante et je me suis dit que via le théâtre, j'avais forcement des outils que je pouvais utiliser pour la prise de parole en public. Je n'avais pas besoin d'avoir quinze mille connaissances pour pouvoir, pendant un atelier de deux heures, apporter des éléments corporels, ou sur le placement de la voix, sur lesquels les gens peuvent s'appuyer et se rassurer.

LAURINE CATILLON - ATELIER PRISE DE PAROLE EN PUBLIC
LAURINE CATILLON - ATELIER PRISE DE PAROLE EN PUBLIC
LAURINE CATILLON - ATELIER
LAURINE CATILLON - ATELIER

Toutes ces rencontres humaines que j'ai en atelier, ça me nourrit dans la vie et ça me nourrit pour mes personnages.

Comment tu gères tes deux activités ?

Mes deux activités, elles se nourrissent parfaitement entre elles. Ça me permet d'avoir un équilibre, parce qu’être tout le temps dans le jeu ou dans les castings, c'est quelque chose qui demande beaucoup de courage, beaucoup de persévérance. Tous ces moments où je vais être en atelier sur la prise de parole en public, dans une entreprise ou auprès de collégiens, ça va me permettre de souffler et de ne pas du tout penser aux personnages que j'incarne dans les rôles que je joue. Toutes ces rencontres humaines que j'ai en atelier, ça me nourrit dans la vie et ça me nourrit pour mes personnages.

Le fait de faire un atelier, ça me permet de souffler et de laisser un peu de côté le personnage, ça laisse maturer les choses à l'intérieur.

Qu’est qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

Ce qu'on peut me souhaiter en tant qu'actrice, de décrocher un rôle très simplement et d'avoir la chance d'être vue par un réalisateur ou une réalisatrice.

Est-ce que tu as un conseil pour les personnes qui veulent se lancer ?

Moi, je conseille à tous ceux qui ont une passion d'y aller parce qu'on n'a une vie. Ça, c'est clair. Il faut cultiver dès maintenant sa capacité de résilience, parce qu'il faut beaucoup de motivation et beaucoup de détermination.

Retrouvez Laurine sur son site Hubside : laurinecatillon.com

Comme Laurine, vous êtes passionné(e) et vous souhaitez partager votre histoire ? Rendez-vous sur Hubside et choisissez le modèle de site qui vous convient. En quelques clics, ajoutez des blocs, vos textes et vos images. C'est simple, rapide et gratuit.

Stories est une publication d'Hubside, outils numériques pour réussir vos projets et partager vos passions.

©2020 Hubside. Tous droits réservés

Mentions légales