Mam Issabré, humoriste on air

Elle est la voix qui réveille Lyon la semaine à 6h sur Radio Espace. C’est aussi celle qui, les soirs de week-end, se met en scène avec son « One Mam’ Show ». Naturelle, pétillante, surprenante, on va voir Mam pour avoir une grande dose de bonne humeur.

Portraits

Lyon, 5h30 du matin, Mam s’apprête à prendre le micro pour animer le 6-9 de Radio Espace. La veille, nous l’avions retrouvée devant le théâtre "Les Tontons Flingueurs", où elle joue son tout premier spectacle, le « One Mam’ Show ». Mam’ jongle entre la radio et la scène sans jamais avoir une once de trac, rien de plus normal pour cette trentenaire qui vit pleinement ses passions. Nous l’avons suivie quelques jours afin d’en savoir un petit peu plus sur son parcours.

Hubsiders 3, Mam humoriste on air

La radio, l’animation, la scène… Ça vient d’où ton attirance pour le milieu artistique ?

Je suis née dans une famille d’artistes, mon papa faisait du théâtre, et ma maman était mannequin. Depuis toute petite, j’aime faire le clown, j’aime m’amuser. Je ne sais pas d’où ça vient…Peut-être parce que je suis la seule fille d’une famille de quatre enfants et que, pour me démarquer de mes frangins, je faisais des blagues et des sketchs.

Tu te souviens de ton premier rôle sur scène ?

Mon premier rôle, il remonte à toute petite car je faisais du théâtre à l’école. Au lycée, il fallait qu’on joue des films, j’avais choisi Men In Black avec une copine et j’ai reçu un trophée qui avait été fait par les copains avec un cintre. J’ai enchainé sur des cours de théâtre et c’est à ce moment-là que j’ai réussi à m’exprimer sur scène.

je le dis souvent : l’endroit où je me sens le mieux, c’est sur scène.

LES COULISSES DES TONTONS FLINGUEURS - HUBSIDE

Donc tu t’es dit que se mettre en scène, ça te plaisait ?

Oui ! j’ai fait une école de stylisme à Lyon, et quand j’ai été diplômée, on a créé avec maman une association qu’on a appelée MAM’s, comme mon prénom, les lettres ça donnait Mannequins et Artistes en Mouvement dans le Spectacle. On organisait des défilés dans des restaurants lyonnais, des salles un peu sympathiques qu’on privatisait pour l’occasion. Je le présentais, et je défilais. Ça m’a conforté dans l’idée que j’avais envie de faire de la scène et que j’avais envie d’en faire mon métier, parce que c’est vrai que je le dis souvent : l’endroit où je me sens le mieux, c’est sur scène.

Je te laisse une semaine pour écrire 6 minutes, et tu montes sur scène devant 300 personnes

MAM AVANT DE MONTER SUR SCÈNE - HUBSIDE

Mais ton spectacle alors ? Tu l’as écrit quand, ça a été quoi l’élément déclencheur ?

Pendant deux ans, j’étais animatrice de la matinale en Lorraine. Et ça faisait déjà quelques années que j’avais envie d’écrire un spectacle d’humour. Mais on se dit toujours que ce n’est pas le moment, tu es peut-être un peu trop vieille, on a peur de se lancer, on ne sait pas trop par quoi commencer. J’ai rencontré un humoriste, Julien, qui fonctionne très bien en Lorraine, il ne m’a pas laissé le choix, il m’a dit « écoute, si tu ne le fais pas maintenant, tu ne le feras jamais. Je te laisse une semaine pour écrire 6 minutes, et tu montes sur scène devant 300 personnes pour un festival qu’on organise tous les ans. 

J’ai discuté avec l’un de mes très bons amis, Jeffrey Jordan, qui est humoriste, et il a fallu doubler ce que j’avais écrit. J’ai joué ce spectacle tout l’été dernier, devant 120 personnes. Ils m’ont dit « Ok, maintenant, il faut que tu nous écrives une heure, et que tu joues le spectacle au mois de février ». J’ai déménagé de Lorraine à Lyon en septembre, j’ai retravaillé mon spectacle avec Jeffrey, qui est devenu mon metteur en scène.

MAM AU MICRO SUR RADIO ESPACE - Hubside

Contrairement à la radio, un spectacle cela se prépare bien en amont, ça a été difficile pour toi ?

C’est vrai que la radio, je n’écris pas beaucoup, je suis dans l’improvisation. Sur scène, c’est beaucoup plus difficile d’improviser. Je n’ai pas eu le choix, il a fallu que j’écrive. Je me suis fait aider par ma co-auteure Jaja, parce que c’est vrai que ce n’est pas facile d’écrire un spectacle tout entier. Elle est auteure de romans très girly, il a fallu transposer son écriture à la scène, donc c’est un travail qu’on a fait ensemble, et qu’on a refait ensuite avec mon metteur en scène.

Comment tu définirais ton style d’humour ?

J’ai un humour qui est mon humour en fait. Quand on me connait un petit peu, ce qu’on voit sur scène et dans la vie c’est exactement la même chose. Je suis un peu la bonne copine. Je raconte mes galères de trentenaire ++, célibataire, à la recherche du prince charmant… s’il existe. On part dans différents univers, je pars dans plusieurs endroits pour le rencontrer. L’histoire ne dit pas si on l’a trouvé ou pas ! Il faut venir me voir, mais en tout cas, j’essaie d’être sur scène comme je suis dans la vie. Le « One Mam’ Show », c’est vraiment intéressant quand les gens viennent me voir et me disent « ce que tu nous racontes, nous aussi on a l’impression de l’avoir vécu ». Le public se rend compte que ce sont des choses qui me sont réellement arrivées.

  • ÉCLAIRAGES AUX TONTONS FLINGUEURS - Hubside
  • LA SALLE AUX TONTONS FLINGUEURS - HUBSIDE

J’espère que le message que je fais passer au public c’est « on aimerait bien faire un apéro avec elle, parce qu’elle a l’air aussi cool sur scène que dans la vie »

DERNIERS INSTANTS AVANT DE MONTER SUR SCÈNE - HUBSIDE

Comment tu gères la scène ?

Parler sur scène c’est quelque chose qui est assez… libérateur ! Je parle de façon assez naturelle, j’ai tellement parlé sur scène, j’ai tellement parlé tout court en fait, que ce n’est pas difficile pour moi, au contraire.

Je n’ai jamais le trac quand je monte sur scène et d’ailleurs, quand je me retrouve avec d’autres humoristes, je leur demande si c’est normal ! Je n’ai pas peur, mais tant mieux ! 

J’espère que le message que je fais passer au public (qui est de plus en plus nombreux) c’est « on aimerait bien faire un apéro avec elle, parce qu’elle a l’air aussi cool sur scène que dans la vie ». C’est important pour moi d’être proche de mon public.

Tu joues maintenant ton spectacle seule en scène, comment ça se passe ?

Mon spectacle, je l’ai écrit en très peu de temps, parce que j’avais une deadline assez courte de cinq mois pour faire une première à Lyon. Mon metteur en scène m’a dit que ce serait bien que je me fasse la main dans un café-théâtre lyonnais. C’est là qu’il m’a mise en contact avec le directeur des « Tontons Flingueurs » pour roder mon spectacle. C’est comme ça qu’on dit dans le métier, pour t’entraîner et t’entraîner encore et encore. Il paraît qu’il faut une trentaine de dates pour connaître son texte et pouvoir s’en détacher et interagir avec le public. J’ai besoin de m’entraîner, donc ça c’est une super chance. J’ai eu de bons retours après la première, et j’ai signé un contrat pour trois mois d’affilée.

MAM SUR SCÈNE - HUBSIDE

Tu dirais que tu fais du stand-up ou du one man show ?

Ce spectacle, il est entre le stand-up, et le one woman show parce qu’il y a des moments où je joue avec le public en improvisation. Je suis entre les deux. Le stand-up est vraiment à la mode aujourd’hui avec les « comedy club ». Moi je raconte ma vie mais c’est quand même beaucoup plus écrit, il y a moins de place à l’improvisation.

Qu’est-ce qui t’aide pour avancer ?

Aujourd’hui je me rends compte que j’ai fait beaucoup de rencontres dans ma vie, et des rencontres déterminantes. La rencontre la plus marquante de toute ma carrière c’était avec Nikos Aliagas, l’animateur télé et radio, que j’ai eu la chance de côtoyer lors d’un événement qu’on a présenté ensemble à Grenoble. À la fin, il a pris mon téléphone et il a fait une vidéo en disant « Je vous présente Mam, retenez bien son nom parce que vous allez entendre parler d’elle sous peu ». 

C’est ce genre de message qui donne envie d’aller au bout des choses, donc, j’espère qu’on va entendre parler de moi, et qu’on ne l’aura pas fait mentir !

MAM ISSABRÉ - HUBSIDE

Ça a été un choix difficile de te lancer sur scène ?

Aujourd’hui, si j’ai décidé de faire de l’humour, c’est parce que je me disais « si tu ne le fais pas maintenant, tu ne le feras jamais ». Mais je me suis souvent demandé si ça n’était pas trop tard, et puis finalement, il n’est jamais trop tard pour faire ce qu’on a envie de faire. Et donc je l’ai fait !

Comment tu vois le futur ?

Mon premier rêve, c’est déjà de vivre de cette passion, parce qu’on est très nombreux dans ce milieu, et puis allez ! Le rêve le plus fou, ce serait immense de remplir une scène comme l’Olympia. 

Une fois que le spectacle sera terminé, pourquoi ne pas en écrire un autre ? J’aimerais co-écrire avec un homme parce que je trouve que ce serait sympa de parler de mes histoires de filles avec un garçon, ça pourrait donner des choses assez sympas. Je suis assez exigeante en matière de co-écriture, j’aimerais beaucoup écrire avec des auteurs qui me font rêver, comme Fary, ou Roman Frayssinet.

Retrouvez toute l’actu de Mam et un extrait de son spectacle sur son site Hubside : mam-issabre.hubside.fr

ENREGISTREMENT EN COURS

Stories est une publication d'Hubside, outils numériques pour réussir vos projets et partager vos passions.

©2020 Hubside. Tous droits réservés

Mentions légales