Maison Mardi style dessin et robotique

HUBSIDERS

Hubert est directeur artistique, mais pas seulement ! Il est aussi passionné de dessin et d’art numérique. Il a lancé le projet Maison Mardi, un concept qui associe art et design, print et digital, artisanat et industrialisation.

Portraits

J’ai toujours eu envie d’évoluer dans le domaine artistique, je suis un créatif et je le resterai.

Maison Mardi, c’est le nom que j’ai donné à mon petit studio de dessin amateur basé à Paris. « Mardi » est le pseudonyme que j’utilisais lorsque je me suis lancé, « Maison » parce que cela crée une certaine aura autour de mon projet. 

Mes dessins sont, à la base, inspirés de ceux de Matisse et de Picasso. Et puis le travail de Patrick Tresset a ouvert mon champs des possibilités : ses installations mécaniques crayonnent des portraits issus d’algorithmes informatiques. Pour Maison Mardi, je dessine d’abord sur une tablette numérique et je les imprime ensuite avec un bras robotique qui manipule un stylo-plume ou un pinceau.

J’ai décidé de faire de ces erreurs une force, je les ai exploitées et j’ai développé une façon artisanale de reproduire l’unique

La sérigraphie et un concept de « reproduction de l’unique »

J’ai fait l’école supérieure des Beaux-arts où j’ai appris la composition, le dessin de modèles vivants ou encore la conception par ordinateur et la sérigraphie. Le sujet central de mes recherches était la reproduction à l’unique, mais je commettais beaucoup d’erreurs d’impression lors des ateliers de sérigraphie. Loin de me décourager, j’ai décidé de faire de ces erreurs une force, je les ai exploitées et j’ai développé une façon artisanale de reproduire l’unique.

Avec le robot que j’utilise actuellement, l’outil que je choisis (stylo-plume ou pinceau) marque le papier de manière irrégulière. Chaque tirage est donc unique et ne ressemble pas au précédent, c’est comme ça que je donne une part d’humanité et de chaleur à mes dessins numériques.

  • DESSIN NATURE MORTE - MAISON MARDI
  • DESSIN NU - MAISON MARDI

Les nouvelles technologies associées à l’art traditionnel

Comme je le disais, je me suis beaucoup inspiré d’artistes comme Matisse ou Picasso et en particulier de leurs croquis. J’ai aussi découvert les machines de Patrick Tresset j’ai décidé de construire ma propre machine, j’avais découvert le mouvement “Maker” qui prône le “do it yourself” mais avec des outils professionnels. 

Le mouvement est apparu dans les années 2000 avec l’avènement et la popularisation de machines comme les imprimantes 3D et les découpeuses laser. Cela permet à tout le monde de concrétiser des projets qui semblent difficiles à mettre en place. Avec Internet et les forums, des millions d’informations circulent facilement : comment fabriquer ceci, ou comment faire une carte perforée pour tel projet, comment cette pièce fonctionne … Des communautés développent et partagent leur savoir gratuitement.

J’ai intégré ce qu’on appelle un fablab, c’est-à-dire un laboratoire de fabrication. Ces ateliers communautaires sont remplis de machines en tout genre. J’ai ensuite essayé de construire un robot qui dessine à la verticale en réunissant toutes les pièces. Les plans ont été fournis par un collectif nantais et le logiciel de contrôle a été développé par un américain qui vit en Californie.

Explorer différentes voies et expérimenter

Je suis avant tout un passionné, et quand on est passionné, on explore plusieurs genres avant de trouver quelque chose qui nous correspond vraiment. Trouver sa voie, ça prend du temps, j’ai beaucoup expérimenté avant de définir mon univers. 

C’est en voyant les œuvres minimales de Frederic Forest que j’ai décidé de faire des nus académiques simplement avec des lignes. C’est un style qui s’accorde parfaitement avec les possibilités de mon traceurs : suggérer une forme seulement avec quelques traits, c’est une approche minimaliste qui me correspond bien. 

Avec mes dessins, je tente de sublimer la beauté féminine par des silhouettes, des visages et des formes inspirées de la nature. Le style de mon univers est épuré et coloré. Je dessine des portraits et des corps nus, libres, non-stéréotypés. Chaque femme est forte dans sa féminité et c’est cela que je veux exposer.

INTÉRIEUR DU STUDIO - MAISON MARDI

Présenter son projet

Comme beaucoup d’artistes aujourd’hui, j’ai choisi de présenter mon travail sur Instagram en priorité. Mettre quelques photos en format carré et écrire quelques hashtags cela paraît simple, mais c’est un peu plus compliqué que cela si l’on veut se créer une vraie identité

L’art, c’est la diffusion d’un message. Le message que je passe est celui des femmes que je dessine, il faut donc les mettre en valeur.

Étant webdesigner, je ne peux pas concevoir un projet artistique sans une vitrine sur le web. Au-delà de simplement exposer mes œuvres, j’attache beaucoup d’importance à l’image. Un site Internet comme une page Instagram c’est une galerie, je souhaite que cette galerie raconte une histoire.

Ce qui m’intéresse, au-delà du robot et des dessins, c’est la mise en scène de ma passion, la direction artistique que je vais lui donner.

Portrait de femme étonnante - Daina - Maison Mardi
Portrait de femme étonnante - Daina - Maison Mardi

Trouver l’inspiration

Pour faire une page web, je crée une première ébauche, je la retravaille et la peaufine jusqu’à arriver à quelque chose qui me satisfait.

Si j’avais à donner un conseil en matière de création de site, je dirais qu’il faut avant tout travailler son goût. Vous pouvez aller sur Pinterest, plonger dedans et pêcher quelques designs qui vous plaisent. Vous pouvez aussi suivre les personnes dont l’univers vous parle sur Instagram, puis faire une veille sur les recommandations que le réseau vous propose. 

Sur Instagram, je trouve des hashtags inspirants comme #nudetone, #terracotta, #parisianguru, #parisianvibes.

Sur Pinterest, je regarde toujours la couleur, la police d’écriture, la mise en page, les icônes … Cela a affuté mon œil.

PRÉVISUALISATION DE PAGE INSTAGRAM - MAISON MARDI

Dernier tips, pour construire mon Instagram, j’utilise l’application Preview qui permet de simuler un feed, je fais des tests, je sélectionne, je supprime des photos et j’en ajoute d’autres.

Encore une fois, ce qui m’intéresse, au-delà du robot et des dessins, c’est la mise en scène de ma passion, la direction artistique que je vais lui donner. Travailler mon feed me plaît beaucoup, c’est une autre facette de mon approche artistique.

Comme Matisse et Picasso sont des inspirations permanentes, j’associe mes oeuvres à leur époque, je leur donne un petit côté bohème chic qui fonctionne avec les tendances actuelles, et puis j’associe le côté minimal de mes dessins avec le bois pour leur donner un côté chaleureux.  

Lorsque vous vous lancez dans la création d’un site Internet ou sur les réseaux sociaux, ne vous laissez pas décourager, tentez des choses et recommencez jusqu’à ce que vous trouviez le style qui vous ressemble, et surtout, faites-le avec plaisir !

Le site d'Hubert maisomardi.hubside.fr

Son Instagram www.instagram.com/maison_mardi

Stories est une publication d'Hubside, outils numériques pour réussir vos projets et partager vos passions.

©2020 Hubside. Tous droits réservés

Mentions légales